Notre réponse :

Le regard que Denis Clerc porte sur notre livre est un regard de spécialiste. Il voit le fait que nous ne parlons pas ouvertement des institutions comme un manque. Mais ce livre s'adresse au grand-public et les institutions sont incluses dans ce que nous appelons Le politique. Elles sont créées par les hommes et ce sont eux qui les font vivre, tout comme ils font vivre la politique politicienne et l'économie.

Denis Clerc pense aussi que nous pêchons peut-être par excès d'optimisme, mais l'expression "Soyons optimistes !" est à entendre à double sens. Nous pouvons être optimistes en constatant comment nous pouvons reprendre la main sur l'évolution de la société en commençant par la reprendre sur nous-mêmes, mais aussi nous devons être optimistes ! Il s'agit d'un appel à l'être et à passer à l'action. Appel d'autant plus impérieux que nous savons vers quoi la société se dirige si nous baissons les bras : nous irons vers une société où l'injustice et la violence qu'elle draine ne feront que s'accentuer. Entre les hommes et entre les nations.

Alors soyons optimistes et agissons chacun à notre échelle !

Anne Chesnot et Gilles Roullet