Nos 3 modes relationnels (MR)

Les relations peuvent être une véritable source de bonheur ou être un véritable enfer. Entre ces deux extrêmes il y a toute une graduation des relations. La qualité d'une relation dépend de la posture relationnelle des interlocuteurs. Nous nous limiterons dans un premier temps à la description des relations à deux interlocuteurs.

Nous avons identifié deux postures relationnelles (décrites en bas de la page Nos positionnements subjectifs relationnels). La posture d'apparentement, quand la personne est dans une disposition à composer avec l'autre d'égal à égal, dans une attitude bienveillante et empathique. La posture de rivalité, quand la personne perçoit la relation comme un rapport de comparaison et de domination-soumission.

Puisqu'il y a deux postures relationnelles, il y a trois combinaisons relationnelles possibles. Soit les deux interlocuteurs sont dans la posture d'apparentement, soit ils sont tous les deux dans la posture de rivalité, soit ils sont chacun dans une posture différente.

Les deux postures relationnelles (d'apparentement et de rivalité) sont situées sur un même continuum, il y a donc des degrés d'apparentement et de rivalité. Nous pouvons aussi nous déplacer sur ce continuum en fonction des situations, ainsi qu'au cours de notre vie car nous évoluons tout au long de la vie.

Le Mode Relationnel d'apparentement

Lorsque les deux interlocuteurs sont dans la posture d'apparentement la relation est détendue, chacun se sent libre de parler y compris de ses désaccords ou de ses difficultés sans craindre la réaction de l'autre. Le langage régule la relation car la posture d'apparentement est intrinsèquement liée à ce que nous appelons le "Rapport symbolique au langage". C'est à dire que les mots sont utilisés pour penser et pour ordonner ce qui se passe en nous, autour de nous et pour en dire quelque chose à l'autre sans chercher à le dominer. Dans le rapport symbolique au langage, le sens sert de point d'appui et la parole engage la personne, les conditions sont donc réunies pour que la confiance s'installe. Les différences de points de vue sont vécues comme une richesse, chacun considérant l'autre comme étant susceptible d'apporter quelque chose d'intéressant, chacun pouvant changer d'avis si ce que l'autre dit fait sens pour lui. Les problèmes sont traités efficacement par l'intelligence collective qui se nourrit de la diversité des interlocuteurs. C'est un MR ouvert permettant de les multiplier, chacun ayant une place symbolique de même valeur. La dynamique relationnelle de l'apparentement permet aussi qu'advienne la joie. La joie, c'est l'émotion par excellence qui participe de ce qui nous rend heureux, elle est impossible à ressentir au détriment de quelqu'un donc impossible à ressentir dans le MR de rivalité dans lequel il y a toujours un dominé.

Le Mode Relationnel de rivalité

Lorsque les deux interlocuteurs sont dans la posture de rivalité il y a un enjeu dans la relation car il n'y a que deux places possibles, dominant ou dominé. Le langage est utilisé pour prendre l'ascendant sur l'autre. Les moyens utilisés sont variés : parler plus fort que l'autre ou avec un ton autoritaire ; utiliser volontairement des mots trop compliqués ou des arguments cinglants ; monopoliser la parole ou ignorer ce que l'autre dit ou lui couper la parole ; le manipuler en  jouant sur ses sentiments ou en lui donnant des informations fausses ou partielles ; et dire une chose et son contraire. Ce qui compte c'est ce que la personne dit dans l'immédiateté de la relation pour prendre l'ascendant sur son interlocuteur pour obtenir quelque chose de lui ou pour se montrer comme étant supérieur. C'est ce que nous appelons le "langage au service de l'ego". Le MR de rivalité est donc inévitablement tendu, surtout lorsque les deux interlocuteurs veulent occuper la place de dominant. La relation peut basculer parfois dans la violence d'autant plus que l'affrontement à l'autre est pourvoyeur de jouissance, ce qui peut conduire à des violences physiques et/ou psychologiques sans limite.

La jouissance inhérente à la posture de rivalité est typiquement humaine. Dans la nature, les animaux sauvages peuvent être agressifs et violents mais ils ne s'acharnent pas sur leur victime comme peuvent le faire les humains. La rivalité peut se transmettre par l'éducation dès la petite enfance (voir l'article Nos positionnements subjectifs relationnels), de plus, elle est valorisée socialement car nous vivons dans un climat de compétition sociale avec des gagnants et des perdants. C'est pourquoi la posture de rivalité est assez fréquente, donc le MR de rivalité aussi. Ce MR, décliné à l'échelle collective aboutit à l'affrontement de deux camps. La jouissance de l'agressivité étant majorée par l'effet de groupe, le risque d'embrasement de la violence est à son maximum.

Le Mode Relationnel discordant

Lorsque l'un des interlocuteurs est dans la posture d'apparentement tandis que l'autre est dans la posture de rivalité, cela conduit à un MR « discordant », inévitablement tendu. La tension provient des velléités dominatrices de l'un, l'autre essayant de s'en protéger. La personne étant dans la rivalité fait tout ce qu'elle peut pour maintenir son ascendant sur l'autre car dans son esprit il n'y a que deux places possibles dans la relation, dominant ou dominé. Elle instrumentalise donc le langage pour arriver à ses fins et éviter de tomber dans la posture du dominé. Le risque d'embrasement de la violence est moindre que dans le MR de rivalité car la jouissance de l'agressivité n'est que d'un coté.

Il y a une autre configuration possible du MR discordant, lorsque la personne étant dans la posture de rivalité l'est versus soumission. Elle interprète alors tout ce que nous lui disons avec son prisme déformant, se sentant facilement dévalorisée par une réflexion, prenant un conseil pour une injonction ou pour un reproche, etc.


Pour la personne étant dans la posture d'apparentement, il sera toujours compliqué et désagréable de se retrouver dans une relation discordante. La première difficulté étant de le repérer, parfois au-delà d'une gentillesse apparente.

Comment repérer que nous sommes face à une personne étant dans la posture de rivalité, version domination ?

S'il est facile de repérer quand l'autre cherche à prendre l'ascendant sur nous ouvertement (ton utilisé, monopolisation de la parole, dire une chose et son contraire, utiliser des arguments cinglants ou des mots trop compliqués), c'est plus difficile lorsqu'il nous manipule. Nous pouvons alors être pris dans nos affects (manipulation de nos sentiments) et nous ne savons pas quand il nous cache quelque chose ou nous ment (manipulation de l'information). Nous pouvons malgré tout repérer la posture de rivalité en nous appuyant sur notre ressenti. Si nous nous épuisons à essayer de nous faire entendre, si nous n'osons pas parler par peur de sa réaction, ou si nous ne sommes pas tranquilles parce qu'il peut changer registre brusquement, c'est le signe que notre interlocuteur est dans la posture de rivalité. L'observation de son non-verbal peut aussi nous alerter. Par exemple si son attitude est en discordance avec ce qu'il nous dit, prenant une posture autoritaire pour nous dire de lui faire confiance, s'excusant de manière désagréable, etc.

Comment se protéger ?

Une fois que nous avons repéré que nous sommes face à une posture de rivalité, versus domination, la prudence est de mise. Le premier principe de précaution consiste à différer toute prise de décision chaque fois que c'est possible. La posture de rivalité étant fondée sur les passages en force et la manipulation, il est primordial de se donner du temps pour se dégager de l'emprise d'intimidation et pour déjouer une éventuelle manipulation. Cette mesure de principe (exiger du temps pour réfléchir) permet de gérer le mode relationnel discordant a minima.

Il y a deux autres principes de précaution à acquérir. Ne pas livrer à l'autre nos états d'âmes (ce que nous pensons et ce que nous ressentons), car il s'en servira pour prendre l'ascendant sur nous. Le principe de la Communication Non Violente de parler de soi et de livrer à l'autre nos pensées et nos ressentis est contre-indiqué dans le mode relationnel discordant car Notre interlocuteur utilise ce qu'il sait de nous pour assoir sa domination. La Communication Non Violente est utile pour lever des malentendus ou des désaccords uniquement dans le MR d'apparentement (les deux interlocuteurs sont dans la posture d'apparentement). Dernier principe de précaution, ne pas croire ce que l'autre nous dit. C'est contre intuitif pour une personne étant habituellement dans l'apparentement, mais il ne faut pas oublier que nous n'avons pas accès à l'intentionnalité de l'autre. Il ne dit que ce qu'il pense être utile dans l'immédiateté de la relation pour arriver à ses fins. Il faut se demander quel est son intérêt à nous dire telle ou telle chose. Même si nous n'arrivons pas à répondre à cette question, le fait de se la poser permet de prendre du recul par rapport à ce qu'il nous dit. Parfois lui-même n'a pas conscience ce que qui l'agite intérieurement ni de ces conditionnements.

Le mieux, face à un interlocuteur étant dans la rivalité, c'est de nous en tenir à notre exigence de respect (en le reprenant sur la forme dès qu'il hausse le ton, monopolise la parole, etc.),  à notre exigence de sens (cohérence de ce qu'il nous dit) et à notre exigence de fiabilité de la parole. Nous pouvons donc lui demander de confirmer ses dires par écrit, vraisemblablement il le prendra mal ce qui nous confirmera que nous faisons bien.

Souvent notre interlocuteur peut nous faire perdre nos moyens et nous laisser sans voix. Il est pourtant primordial de lui répondre car notre silence est pour lui équivalent à une soumission. Nous vous conseillons de préparer des réponses toutes faites qui vous permettront de faire face à leur culot et/ou leur mauvaise foi. Vous trouverez ci-dessous la liste des artifices fréquemment utilisés par les personnes étant dans la rivalité ainsi que des exemples de réponses. Entrainez-vous à les dire à voix haute, vous verrez qu'ainsi arriveront d'autres formulations correspondant mieux à votre personnalité. Le fait de vous entrainer à voix haute facilitera aussi votre prise de parole le moment venu. 

Comportements de rivalité

Idées de réponses

Hausser le ton

« Est-ce qu'on peut parler calmement ? »

« Ce n'est pas parce que tu parles plus fort que je vais être d'accord. »

Ton autoritaire - commander

« ça peut se discuter quand même?! »

« En fait tu voudrais décider tout seul. »

Mots trop compliqués

« Tu parlerais avec des mots plus simples on se comprendrait mieux. »

Arguments cinglants

« C'est facile d'attaquer les autres au lieu de chercher à discuter. »

Dévaloriser subtilement l'autre

« Vos sous-entendus sont déplaisants »

Monopoliser la parole

Se boucher les oreilles + (dès qu'on peut parler) « En fait tu veux parler tout seul. »

Couper la parole

Se boucher les oreilles + (dès qu'on peut parler) « j'aimerais bien pouvoir finir mes phrases. »

Ignorer ce que l'autre dit

« Je t'ai déjà dit que [...]. »

« Je viens de te dire que [...]. » 

Dire une chose et son contraire

« Pourriez-vous me confirmer cela par écrit ? »

Flatter

« C'est trop d'honneur, mais il faut que je réfléchisse. »

Se victimiser (pour obtenir quelque chose)

«De mon coté ça ne va pas être possible. » (sans se justifier)

Menacer

« En fait tu me menaces faute d'arguments. »

« Mais ça c'est des menaces !. »

Présenter des arguments apparemment pertinents (manipulation)

« ça n'est pas si simple, je pense que tu oublies des paramètres importants. »

« J'ai besoin de temps pour réfléchir. »

« Il te faut une réponse pour quand au plus tard ? »

Affirmations péremptoires

« Je ne suis pas d'accord. »

« ça ne me plait pas. »

« On ne peut pas dire ça, ça n'a pas de sens. »

« On ne peut pas dire ça, ça n'est pas juste. »

Parfois il est impossible de se faire entendre : partir + "on ne peut pas discuter avec toi."

Il est important de montrer à l'autre que nous portons un jugement sur la façon dont il se conduit avec nous, d'oser lui dire que nous voulons avoir des relations de qualité. Les personnes étant dans la rivalité peuvent changer de posture relationnelle.

Transformation du MR discordant en MR d'apparentement

Fort heureusement le mode relationnel discordant peut évoluer vers le mode relationnel d'apparentement car nous sommes tous porteurs de quatre exigences fondamentales présentes en nous d'emblée : exigence de sens, de justice, de paix et d'amour1. Les personnes étant dans la rivalité ont pu s'en éloigner parce que leur vécu les a trop mises à mal.

Ces quatre exigences fondamentales sont observables chez les enfants à partir du moment où ils commencent à maîtriser le langage. Dès ce jeune âge ils cherchent à comprendre ce qui se passe autour d'eux. Ils posent des questions très pertinentes, malheureusement souvent perçues par l'adulte comme de l'impertinence. Un enfant se faisant régulièrement rabrouer lorsqu'il pose des questions peut renoncer à vouloir comprendre ce qui se passe autour de lui. Il peut aussi se départir de son exigence de justice s'il est témoin d'injustices tout en constatant que les adultes s'en accommodent. Pour finir, il peut se détourner de son exigence de paix s'il vit dans un environnement tendu avec de nombreuses disputes. Il est plus rare qu'il renonce à son exigence d'amour. C'est même souvent par amour pour ses parents et pour obtenir leur amour qu'il peut se soumettre à un mode éducatif de rivalité. Un enfant ayant renoncé à ses trois premières exigences fondamentales pense qu'aimer l'autre c'est lui céder. Il cède donc parfois par amour mais attendant aussi en retour que l'autre lui cède en preuve d'amour. Il y a de nombreuses relations qui fonctionnent comme cela (parents-enfants, couples, amitiés, etc.).

Dans le MR discordant, le simple fait que la personne étant dans l'apparentement incarne ces exigences fondamentales peut les faire résonner chez son interlocuteur.Il peut alors reconnecter son exigence d'amour avec les trois autres exigences fondamentales, il n'a alors plus envie de passer en force contre nous, ni de se montrer supérieur à nous. Tout cela est présenté précisément dans notre conférence s'appuyant sur des extraits du film Billy Elliot intitulée "S'imposer ou ne pas se soumettre".

Il n'est jamais trop tard pour redonner à nos quatre exigences fondamentales toute leur place dans notre esprit et dans notre cœur.

1 Le mot amour est à entendre au sens large, il va du simple attachement aux autres en général, en tant qu'il fonde l'empathie, jusqu'à l'attachement amoureux qui se fixe souvent sur une personne en particulier.