Les 4 structures de société

Historiquement notre analyse a commencé par une mise en perspective de différentes formes d'organisations de sociétés, toutes de forme pyramidale, que nous représentions par des triangles :  une société avec un pouvoir royal, une société utopique, une société démocratique et la société actuelle (Cf. 3è édition du livre).
Maintenant, nous mettons l'accent sur le fait que l'humanité est englobée dans une méta-structure pyramidale qui est incompatible avec des idées de justice et de paix. Pourtant nous retrouvons cette forme pyramidale dans toutes les organisations qui constituent la société humaine. Cette forme nous est préjudiciable parce qu'elle hiérarchise les places. Les places du haut sont survalorisées tandis que celles du bas sont dévalorisées.

Il existe pourtant un autre modèle de société, fondé sur l'idée que nous sommes tous interdépendants les uns avec les autres. Ce modèle vient de la permaculture et il apporte en plus l'idée que nous sommes aussi interdépendants avec la nature.

Mais ne soyons pas naïfs ! Nous vivons depuis si longtemps dans une méta-structure pyramidale et dans de multiples pyramides intermédiaires que nous nous y sommes habitués. Nombreux sont ceux qui pensent que ça ne pourrait pas être autrement. D'autres souhaitent un modèle plus juste mais ils s'épuisent dans des actions qui reposent sur les épaules de trop peu de personnes ou, lorsqu'ils sont assez nombreux, tentent des passages en force dans un climat social tendu. Mais les plus nombreux d'entre nous se désintéressent de la question de l'évolution de la société, quand bien même elle nous impacte directement dans notre vie quotidienne. On voit actuellement une augmentation et une banalisation de la violence des rapports humains. Si nous continuons sur ce chemin, nous aurons aussi à faire face à un durcissement de la compétition sociale qui sévit déjà durement, ainsi qu'au renforcement du processus structurel d'aspiration de l'argent vers le haut (que nous décrivons dans notre 3è édition). Tout cela risque de nous mener vers une structure de société qui sera très difficile à corriger. La classe moyenne (ce qui en restera) et la classe politique feront tampon entre les très riches et les très pauvres, elles subiront de plein fouet l'augmentation de la violence.


Il est donc grand temps de ne plus nous contenter de suivre le mouvement sans nous préoccuper de ce vers quoi il nous mène. Pour cela, le premier pas que nous pouvons faire individuellement est de nous ancrer solidement dans le positionnement subjectif d'apparentement. Cela nous permettra, si nous sommes suffisamment nombreux à le faire, de modifier les organisations qui constituent la société globale. En continuant dans cette direction nous agissons sur la méta-structure pyramidale. Nous la transformons en une forme plus équitable qui nous permettra ensuite de nous diriger vers une société vraiment désirable.



Notre bien-être individuel est interdépendant du bien-être de tous à l'échelle de la planète. Nous en proposons une définition :