Nos 2 rapports au langage

Souvent nous entendons parler Du langage. Il est étudié, glorifié parfois, alors qu'en fait nous avons 2 rapports au langage très différents.

Le Rapport Symbolique au Langage (RSL), c'est quand nous utilisons les mots pour penser et pour ordonner ce qui se passe en nous, autour de nous et pour en dire quelque chose à l'autre sans chercher à le dominer. Dans le RSL, le sens est un point d'appui et la parole engage. Lorsque notre interlocuteur est dans ce même rapport au langage, les conditions sont réunies pour que la confiance s'installe, la relation est donc détendue y compris lorsqu'il y a des problèmes à résoudre. C'est un mode relationnel que nous appelons le "mode relationnel d'apparentement", chacun se sentant libre de parler, y compris de ses difficultés car il y a de la place pour l'empathie dans ce mode relationnel. Chacun des deux interlocuteurs pouvant changer d'avis aisément si ce que l'autre dit fait sens pour lui.

Le RSL est intrinsèquement lié à ce que nous appelons la "posture relationnelle d'apparentement". C'est-à-dire que la personne est disposée à composer avec son interlocuteur (ses interlocuteurs), d'égal à égal, dans une attitude empathique et bienveillante.

Le langage au service de l'ego, c'est quand le langage est utilisé pour prendre l'ascendant sur l'autre. Les moyens utilisés sont variés : parler plus fort que l'autre ou avec un ton autoritaire pour le soumettre ; utiliser volontairement des mots trop compliqués ou des arguments cinglants pour lui faire perdre la face ; ignorer ce qu'il dit, lui couper la parole et/ou parler sans arrêt pour le mettre hors-jeu symboliquement ; le manipuler en  jouant sur ses sentiments ou en lui donnant des informations fausses ou partielles ; et enfin dire une chose et son contraire. Ce qui compte c'est ce que la personne dit dans l'immédiateté de la relation, ce qu'elle a dit avant ne compte plus et si son interlocuteur le lui rappelle, elle nie l'avoir dit. Lorsque les deux interlocuteurs sont dans le langage au service de l'ego, la relation ne peut être que tendue. C'est ce que nous appelons le "mode relationnel de rivalité".

Le langage au service de l'ego est intrinsèquement lié à ce que nous appelons la "posture relationnelle de rivalité". C'est-à-dire que la personne parle pour obtenir quelque chose de son interlocuteur (une action, une approbation, une acceptation silencieuse) ou pour se montrer comme étant supérieure. Cette posture relationnelle de rivalité est souvent inconsciente, car transmise par notre éducation.

Le rapport au langage et la posture relationnelle nous sont transmis par nos parents, qui les ont eux-mêmes reçus de leurs parents, etc., car nous sommes insérés dans une chaîne de transmission intergénérationnelle. Les enfants calquent leur attitude relationnelle sur celle de leurs parents et ils généralisent cette attitude dans toutes leurs relations, avec leurs frères et soeurs, leurs camarades et les autres adultes. Au fur et à mesure que l'environnement social de l'enfant s'élargit, d'autres adultes peuvent renforcer l'attitude ayant été transmise à l'enfant ou au contraire lui en montrer une autre.

***

Notre éducation relationnelle précoce, notre environnement social proche et notre environnement sociétal sont déterminants pour l'acquisition d'une habitude relationnelle. Or actuellement nous sommes socialement incités à prendre la posture de rivalité car nous vivons dans une société de structure pyramidale, constiuée d'organisations sociales elles aussi de structure pyramidale. Cette structure nous est pourtant préjudiciable car les places du haut y sont sur-valoirsées et assorties privilèges tandis que celles du bas sont dévalorisées et défavorisées. Cette inégalité peut induire l'envie de monter dans l'organisation, mais il y a toujours (structurellement) moins de places à l'échelon supérieur que de prétendants à y monter. C'est pourquoi cette structure incite à la rivalité, au langage au service de l'ego pour "être un gagnant" dans une compétition sociale qui peut nous paraître normale ou inévitable.

Heureusement il existe des structures d'organisation sociales et sociétales non-pyramidales, plus performantes et plus justes que les organisations pyramidales. Transformer la société passe par la transformation des organisations sociales qui la composent et la transformation des organisations sociales passe par notre propre changement de positionnement relationnel. S'ancrer dans le RSL et dans la posture relationnelle d'apparentement est une condition pour transformer la société afin qu'elle devienne plus juste socialement et plus apaisée.