Nos 2 rapports au langage

Souvent nous entendons parler Du langage. Il est étudié, glorifié parfois, alors qu'en fait nous avons 2 rapports au langage très différents.

Le Rapport Symbolique au Langage (RSL), c'est quand nous utilisons les mots pour penser et pour ordonner ce qui se passe en nous, ce qui se passe autour de nous et pour en dire quelque chose à l'autre sans chercher à le dominer. Dans le RSL, le sens est un point d'appui et la parole engage. Lorsque notre interlocuteur est dans ce même rapport au langage, les conditions sont réunies pour que la confiance s'installe, la relation est donc détendue. C'est un mode relationnel que nous appelons le "mode relationnel d'apparentement", chacun se sentant libre de parler, y compris de ses difficultés car il y a de la place pour l'empathie dans ce mode relationnel. Les deux interlocuteurs peuvent changer d'avis aisément si ce que l'autre dit fait sens.

Le RSL est intrinsèquement lié à ce que nous appelons la "posture relationnelle d'apparentement". C'est-à-dire que la personne est disposée à composer avec son interlocuteur (ses interlocuteurs) dans une attitude empathique et bienveillante.

Le langage au service de l'ego, c'est quand le langage est utilisé pour prendre l'ascendant sur l'autre. Les moyens utilisés sont variés : parler plus fort que l'autre ou avec un ton autoritaire pour le soumettre ; utiliser volontairement des mots trop compliqués ou des arguments cinglants pour lui faire perdre la face ; ignorer ce qu'il dit, lui couper la parole et/ou parler sans arrêt pour le mettre hors-jeu symboliquement ; le manipuler en  jouant sur ses sentiments ou en lui donnant des informations fausses ou partielles ; dire une chose et son contraire. Ce qui compte pour cette personne, c'est ce qu'elle dit dans l'immédiateté de la relation, ce qu'elle a dit avant ne compte plus et si quelqu'un le lui rappelle, elle nie l'avoir dit. Lorsque les deux interlocuteurs sont dans ce rapport au langage, la relation est tendue. C'est ce que nous appelons le "mode relationnel de rivalité".

Le langage au service de l'ego est intrinsèquement lié à ce que nous appelons la "posture relationnelle de rivalité". C'est-à-dire que la personne parle pour obtenir quelque chose de son interlocuteur (une action, une approbation, une acceptation silencieuse) ou pour se montrer supérieure. Précisons que cette posture relationnelle est souvent inconsciente.

Le rapport au langage et la posture relationnelle se transmettent, principalement par les parents car les très jeunes enfants calquent leur attitude sur la leur. Ensuite, au fur et à mesure que le cercle relationnel de l'enfant s'élargit, tous les adultes sont impliqués dans ce qu'ils lui transmettent (à lui et à tous les enfants).

***

Notre éducation relationnelle précoce, notre environnement social de proximité et notre environnement sociétal sont déterminants pour l'acquisition d'une habitude relationnelle. Actuellement, notre environnement social et sociétal nous incite à prendre la posture de rivalité, car il y règne un climat de compétition sociale. Cette compétition peut nous sembler inévitable, mais cela n'est vrai que parce que nous vivons actuellement dans une société de structure pyramidale dans laquelle il faut se battre pour faire sa place.

La structure pyramidale est incompatible avec les idées de justice et de paix qui sont pourtant des exigences fondamentales. Nous sommes tous porteurs de quatre exigences fondamentales qui sont : l'exigence de sens, l'exigence de justice, l'exigence de paix et l'exigence d'amour. Elles sont observables chez les enfants très tôt, dès qu'ils commencent à maîtriser le langage. Dès ce jeune âge ils cherchent à comprendre ce qui se passe autour d'eux. Ils posent des questions, souvent très pertinentes, qui sont malheureusement souvent perçues par l'adulte comme de l'impertinence. Un enfant qui se fait régulièrement rabrouer lorsqu'il pose des questions, peut renoncer à vouloir comprendre ce qui se passe autour de lui. Il peut aussi se départir de son exigence de justice s'il est témoin d'injustices tout en constatant que les adultes s'en accommodent. Pour finir, il peut se détourner de son exigence de paix s'il vit dans un environnement tendu dans lequel il y a de nombreuses disputes. Il est plus rare qu'il renonce à son exigence d'amour. C'est même souvent par amour pour ses parents et pour obtenir leur amour, qu'il peut se soumettre à un mode éducatif de rivalité. Un enfant ayant renoncé à ses trois premières exigences fondamentales, avance dans la vie avec l'idée que aimer l'autre c'est lui céder.

Nos exigences fondamentales ont parfois été trop mises à mal par ce que nous avons vécu, elle peuvent être enfouies au fond de nous, mais il n'est jamais trop tard pour leur redonner toute leur place dans notre esprit et dans notre coeur. Le recentrage sur ces exigences fondamentales nous aide à nous positionner et à nous stabiliser dans le RSL et dans la posture d'apparentement. Nous en ressentons alors immédiatement de la détente et du bien-être.

Ce repositionnement, en devenant majoritaire, peut faire évoluer la structure des organisations sociales et de la société.