Notre responsabilité individuelle

La société est un corps social constitué d'organisations sociales, elles-mêmes constituées d'individus. C'est donc nous, les humains, qui créons notre société. Le mot « société » est à entendre à l'échelle de la communauté humaine, puisque les moyens de transports et de communication se sont développés à l'échelle de la planète.

Nous avons fait advenir une société humaine de structure pyramidale constituée d'organisations sociales qui sont majoritairement elles aussi de structure pyramidale.

La structure pyramidale est incompatible avec les idées de justice et de paix parce qu'elle hiérarchise les places. A l'échelle de la méta-structure sociétale c'est l'argent qui hiérarchise les places. Dans les organisations qui constituent la société humaine c'est la performance (notes, compétences professionnelles, résultats sportifs, etc). Les personnes qui sont au sommet d'une organisation pyramidale ont des privilèges, elles sont aussi souvent admirées. C'est pourquoi il y a un grand nombre de personnes qui veulent monter dans l'organisation. Elles entrent ainsi en compétition sociale et passent en force si nécessaire. Les relations de rivalité sont donc banalisées, nous pouvons le constater à l'école, au travail, dans les associations ainsi que dans les grandes organisations nationales et internationales. Notre environnement social de proximité ainsi que l'environnement sociétal nous incite donc à la rivalité les uns envers les autres.

Il y a un autre facteur qui peut nous pousser aussi  à nous mettre en rivalité, c'est notre éducation. Nous sommes nombreux à avoir été éduqués en ce sens par des parents qui l'avaient été aussi. Nous sommes donc nombreux à avoir été encouragés à nous imposer par des parents qui s'inquiétaient pour notre avenir dans cette société très hiérarchisée.

Il est de notre responsabilité individuelle de comprendre qu'il n'y a pas d'avenir serein possible dans une société de structure pyramidale. Parler d'égalité des chances est un non-sens dans une société structurée de cette façon. Heureusement la structure de la société n'est pas figée, la méta-structure pyramidale qui englobe toute la communauté humaine est advenue et elle continue d'évoluer. La question qui se pose à nous maintenant c'est de savoir dans quel sens nous voulons qu'elle évolue. Vers un durcissement de la compétition sociale ou une diminution, voire une suppression ? Il existe un  modèle d'organisation de société qui est compatible avec les idées de justice et de paix, basé sur l'idée de notre  interdépendance avec la Nature et notre  interdépendance entre tous. Ce modèle nous vient de la permaculture.

Les principes fondateurs de la permaculture sont :

- prendre soin de la Nature

- prendre soin de l'Homme

- partager les richesses

Nous pensons que ce modèle peut faire consensus. Si nous y adhérons, il nous revient de modifier progressivement nos comportements pour vivre en cohérence avec les 3 principes de la permaculture. Pour ce qui est de prendre soin de l'Homme, nous pouvons nous appliquer à pacifier nos relations en abandonnant le cas échéant notre positionnement relationnel de rivalité au profit d'un positionnement relationnel plus juste que nous appelons le "positionnement subjectif relationnel d'apparentement". Nous accéderons alors à un mode relationnel que nous appelons le "mode relationnel d'apparentement". Il nous permet d'avoir des relations de confiance, détendues, parce que la relation est régulée par ce que nous appelons le "rapport symbolique au langage". Dans le mode relationnel d'apparentement il y a de l'empathie ainsi que la possibilité d'accéder à la joie. La joie, c'est l'émotion par excellence qui participe de ce qui nous rend heureux. Elle est impossible à ressentir au détriment de quelqu'un, fusse à l'autre bout de la planète.

Donc, maintenant que nous savons que notre sur-consommation ne tient qu'au prix d'une extraction forcenée des ressources naturelles au détriment des populations des pays producteurs de ces ressources, que notre hyper-activité produit de la pollution et des désordres climatiques au détriment des populations qui vivent dans des zones vulnérables, nous devons modifier notre mode de vie.

Nous pouvons mettre notre intelligence collective, la science et la technique au service de l'invention d'un nouveau mode de vie qui permette l'accès au bien-être pour tous à l'échelle de la planète. C'est cela qui constituerait à nos yeux le véritable progrès. Il y a dans le monde un courant que nous appelons "altruiste et bienveillant" qui oeuvre déjà dans ce sens. Il est constitué d'hommes et de femmes qui agissent dans tous les pays, dans tous les domaines et à tous les niveaux. En observant la puissance que ce courant est en train de prendre, nous pouvons nous surprendre à espérer qu'il n'est peut-être pas trop tard pour infléchir l'évolution de la société humaine pour qu'elle devienne plus juste, plus stable, durable et plus pacifiée.