Qu'est-ce que le système ?

Notre analyse de la société montre l'influence réciproque qu'il y a entre la structure pyramidale de la société (et des organisations qui la composent) et nos actes individuels. Elle donne aussi une lecture nouvelle pour appréhender ce qu'on appelle communément le système.

Toutes les organisations, quelles que soient leurs tailles, répondent à la loi du fonctionnement des groupes qui dit qu'un groupe est constitué de la somme de ses membres + d'une dynamique collective.   

La dynamique collective dépasse chaque individu pris isolément. Dans notre analyse nous montrons que la dynamique collective sociétale est le reflet des postures relationnelles individuelles les plus répandues dans la société. Par exemple, nous sommes majoritairement dans des postures relationnelles de rivalité et nous retrouvons cette rivalité dans la dynamique collective de notre société. Autre exemple, nous avons tendance à accorder massivement trop d'importance à l'apparence et nous retrouvons dans notre dynamique collective sociétale la prépondérance du paraître sur l'être.

Une dynamique collective, en tant que dynamique, produit quelque chose. Elle produit un système qui se développe pour lui-même à l'intérieur du groupe ou de l'organisation. Sa seule logique est une logique d'expansion de lui-même. C'est de l'organisation pour l'organisation, des procédures pour les procédures, des lois pour les lois, indépendamment du sens et indépendament du fait qu'elles soient appliquées ou pas. Le système n'a pas de sentiment, ce n'est qu'un système qui se développe actuellement en produisant de plus en plus de difficultés et de mal-être chez les humains.

Pourtant ce système délétère n'est pas une fatalité, il pourrait y avoir un sytème vertueux. Remontons la chaîne en partant du système, nous passons par la dynamique collective et nous arrivons à nos propres postures individuelles. Ces dernières sont modifiables puisqu'elle sont déterminées par notre éducation et par notre perméabilité aux discours qui nous entourent. Si nous nous reconnectons massivement à nos capacités d'empathie, de générosité et d'exigence de sens, nous pourrions retrouver ces qualités dans notre dynamique collective. Nous pouvons alors raisonnablement penser que cela impacterait le système qu'elle produit.